Politique économique

Aux origines de l'union économique et monétaire


Les prémices 1969-1978

Les premières briques d’une union monétaire furent posées lors du conseil européen de La Haye. Un comité, présidé par le premier ministre et ministre des finances, Pierre Wermer avait pour mission de déterminer les étapes nécessaires pour unifier les politiques monétaires et de changes  et pour supprimer les dernières entraves aux commerces intra CEE. Pour rappel, la levée des droits de douane ainsi que la mise en place d’un tarif extérieur commun opèrerent le 1er juillet 1968, avec un an et demi d'avance sur le calendrier prévu par le traité de Rome.
La crise monétaire que rencontrèrent l’Europe et les Etats-Unis en 1969 et la volonté de ces derniers de ne plus faire du dollar la monnaie de réserve et d’unité de compte internationale, bref de ne plus remplir son rôle prévu par les accords de Bretton Woods, amenèrent les Européens à chercher à s’unir au niveau monétaire pour parler d’une seule voix sur la scène internationale. Le rapprochement des politiques monétaires et de changes paraissait comme la conséquence logique d’une union douanière efficiente dans laquelle les pays ne créeraient pas de barrières supplémentaires en jouant sur les taux de change. La PAC, politique agricole commune, joua aussi un rôle important dans cette volonté de rapprochement. En effet, les prix agricoles étaient libellés dans une unité de compte commune, l’ECU, constitué des monnaies de la CEE. Une réévaluation d’une monnaie, faisant baisser le prix de soutien, risquait de provoquer le mécontentement du monde agricole dans le pays concerné.

Le SME système monétaire européen 1979-1998

Face à la crise du dollar du début des années 70, un système informel se met en place entre certains pays européens comme l’Allemagne, les Pays bas pour laisser flotter leur monnaie vis-à-vis du dollar : le Serpent ; Mais cette tentative échoue rapidement devant la volonté de pays comme la France de conserver une large marge de manœuvre en matière de politique monétaire.
C’est au conseil européen de Brême, en juillet 1971, que sera institué un système monétaire européen le SME dont l’objectif est de créer un système de changes fixes entre les monnaies européennes. Et cela, malgré les divergences économiques existantes au sein de l’Europe. En 1979, l’écart d’inflation entre l’Italie et l’Allemagne était d’environ 10 points. Malgré aussi une perte d’indépendance des politiques  monétaires nationales. Cependant, ces contraintes n’empêchèrent pas la naissance d’un système basé sur trois piliers : 

L’année 1989 se caractérise par un événement majeur en Allemagne, la réunification, qui l’engagea dans une politique budgétaire expansionniste entrainant des tensions inflationnistes. Pour y faire face, la Bundesbank décida une augmentation des taux d’intérêts. Malgré une expansion que ne connurent pas les autres pays du SME mais convaincu de la nécessité de préserver les taux de changes, et donc de sauver le système monétaire européen,  les Etats décidèrent d’aligner leurs taux d’intérêt  avec l’Allemagne engendrant ainsi une grave récession chez eux. Au final, la réalité économique amena les différents pays à élargir les marges de fluctuation, en 1993,  à + ou – 15%. Elles furent conservées jusqu’à l’arrivée de l’Euro en 1999.
Le SME a pu voir le jour et exister grâce à la volonté de ses pays membres d’aligner une politique monétaire commune sur l’économie la plus puissante d’Europe à savoir l’Allemagne dont la banque centrale, indépendante par ses statuts, avait pour objectif de lutter contre l’inflation la défense du Deutsch mark.

En 1986 est signé l’acte unique qui élargit les compétences votées à la majorité qualifiée. Ainsi sera facilitée la réalisation d’un grand marché intérieur par la libre circulation des capitaux, par la suppression ou l’uniformisation de différentes règles, normes en matière industrielle entravant la libre circulation des marchandises, par la fin de monopoles publics existant dans des secteurs comme les télécoms. Et en 1992 est signé à Maastricht, un traité instituant une monnaie unique avec pour date butoir 1999. Pourquoi une monnaie unique? Des raisons d’ordre économique et politique peuvent l’expliquer. Une zone de libre échange, avec un système de change fixe ajustable, constitue de facto une entrave à la circulation des biens et des capitaux (variabilité des prix)  d’autant qu’avec la libre circulation de ces derniers, les attaques spéculatives, comme en 1992, contre les monnaies dévaluables étaient à prévoir.  Une raison plus politique justifie l’UEM. La volonté des dirigeants, notamment François Mitterrand et Helmut Kohl,  de  poser les bases d’une futur union politique. A cette époque, l’Europe était divisée au sujet du conflit Yougoslave. La France soutenant la Serbie, l’Allemagne la Croatie. Constituer une monnaie unique permettait de relancer l’intégration européenne.